pétition

PETITION

Aidez-nous à retirer le renard de la liste des animaux nuisibles !

Signez la pétition !
le renard

LE RENARD

Autrefois porteur de la rage, les chasseurs utilisaient cette maladie comme prétexte pour tuer le renard. Suite aux pressions de plusieurs associations de protection de la faune, une grande campagne de vaccination fut mise en place et elle s’avéra efficace. De ce fait, la rage du renard a totalement disparu en France depuis 2001.
Curieusement, les chasseurs continuent leur lutte contre le renard, justifiant leurs actes en mettant en avant l'échinococcose alvéolaire, maladie existant pourtant depuis longtemps.

L’échinococcose alvéolaire est un parasite qui se transmet par l’ingestion des œufs du parasite. Ces œufs sont dispersés dans l’environnement via les excréments des carnivores contaminés (renards, chiens et chats).
De 1982 à 2015, 19,2 cas par an ont été recensés en France par le Comité de Coordination du Réseau FrancEchino (comité scientifique mandaté par le Ministère de la Santé, dont la mission est la surveillance des cas d’échinococcose alvéolaire en France).

On a pu observer que chercher à éradiquer le renard ne permettait pas de faire disparaître les maladies comme la rage. Bien au contraire, la chasse permet la propagation des maladies. Une intense campagne de vaccination contre l'échinococcose alvéolaire, comme cela a été fait pour la rage, serait bien plus efficace pour s'en débarrasser.
Les chasseurs prétendent également vouloir réguler l’espèce, or de nombreux scientifiques spécialisés dans l’étude du renard ont démontré que ce dernier s’autorégulait.

la loi

LA LOI

Un arrêté fixe pour trois ans la liste des espèces classées nuisibles pour chaque département, sur proposition du préfet et après avis d'une formation départementale spécialisée issue de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage.
"Cet arrêté sera rédigé à la réception des listes départementales et après une analyse des propositions et de la pertinence des justificatifs", indique la circulaire, qui précise que le projet de texte fera l'objet d'une consultation publique.
Les dix espèces concernées sont les suivantes : la belette, la fouine, la martre, le putois, le renard, le corbeau freux, la corneille noire, la pie bavarde, le geai des chênes et l'étourneau sansonnet.

Etablissement des listes départementales :
"Il vous appartient de choisir les périodes et les modalités de destruction parmi celles qui sont décrites ci-dessous et de définir les territoires concernés par ces destructions, l'inscription d'une espèce sur la liste départementale doit être soigneusement justifiée au regard des exigences du droit national et du droit communautaire", précise le ministre de l'Ecologie à l'attention des préfets.
Le classement doit être justifié par l'un des motifs suivants : santé et sécurité publiques, protection de la faune et de la flore, prévention des dommages importants aux activités agricoles, forestières et aquacoles, ou à "d'autres formes de propriété".

les témoignages

TEMOIGNAGES

Luttant depuis plus de 25 ans pour la réhabilitation des soi-disant « nuisibles », l’ASPAS :
✓ attaque en justice les arrêtés préfectoraux de « nuisibles » pour faire déclasser certaines espèces notamment les petits prédateurs. Depuis 1993, les actions juridiques de l’ASPAS ont permis de sauver 500 000 animaux « nuisibles ».
✓ sensibilise l’opinion publique à l’utilité de chaque espèce animale et à l’aberration qu’est le classement « nuisibles » à travers ses brochures, ses communiqués de presse et son magazine Goupil.
ASPAS
Rares sont les pays d’Europe ayant une liste aussi longue d’animaux piégeables !
Le piégeage concerne les espèces classés « nuisible ». Cette notion est sans fondement scientifique, chaque espèce ayant sa place au sein de l’écosystème. 11 Mammifères et 6 Oiseaux y sont inscris. Des pièges cruels ou stressants Dans l’attente d’une interdiction totale du piégeage, le RAC demande que les pièges entrainant stress ou douleur soient immédiatement interdits.
Des pièges non sélectifs Dans l’attente d’une interdiction totale du piégeage, le RAC demande que les pièges tuant l’animal soient immédiatement interdits afin de pouvoir relâcher toute espèce non piégeable.
Pendant l’hiver et en période de reproduction les piégeurs profitent de la situation pour capturer les parents en quête de nourriture. Mais pire encore, pendant cette période, ce sont ainsi annuellement des milliers de jeunes mammifères ou oisillons qui meurent de faim au terrier ou au nid, leurs parents s’étant fait piéger ! Dans l’attente d’une interdiction totale, le RAC demande que le piégeage soit au moins fermé du 1er janvier au 30 juin !
RAC - France Sans Chasse
Le renard a besoin de toute l' aide possible, tant il souffre de préjugés et de l' acharnement de certains chasseurs ....
Fabien Gréban - Photographe animalier
Nous avons le devoir de protéger notre faune. Ne laissons plus les chasseurs massacrer les renards et répandre cette maladie.
Cette méthode très efficace de distribution d'appâts doit être immédiatement appliquée en France, avec l'interdiction du déterrage !
Quand la France arrêtera t-elle de céder à la pression des chasseurs et se décidera t-elle enfin à protéger sa faune ?
Abolition Détérage .com
contact

CONTACT

Qui sommes-nous ?

Le Comité d'Observation du Renard dans son Environnement - ou CORE - est un groupe de personnes qui ont choisi de se battre pour la protection de l'environnement, et plus particulièrement du renard, injustement méprisé et chassé.
Nous avons choisi la tolérance et la pédagogie afin de démontrer que le renard fait partie d'un écosystème qui ne peut trouver son équilibre sans lui.

Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter par e-mail : core.renard@gmail.com


Suivez nous sur :
facebook twitter

nos liens

LIENS

Voici les adresses de deux associations engagées dans la protection des animaux et du renard :

Voici par ailleurs les sites des photographes qui nous ont bien aimablement accordé l'utilisation de leurs photos pour ce projet. Merci à eux :